WES trains 100 women working in local fisheries in Sfax

Women in Graiba farming clams in local fisheries.

Women in Graiba farming clams in local fisheries.Biodiversity, clams, fisheries, women

WES partner, The Association of Continuity of Generations (ACG), is committed to raising awareness of environmental issues in Tunisia. Currently, ACG is involved in a project focused on protecting the biodiversity of the Kneiss nature preserve in the Graiba delegation of Tunisia. Through this project, ACG works closely with a large group of women who are farming clams in local fisheries.

These women wake up at 4 a.m. to leave at dawn for Kneiss Island. Typically, they work through the winter months in cold water for more than 12 hours at a time. When the women return to the mainland to sell the clams they have collected they are met by buyers who set their own price which is not up for negotiation.

After meeting these women, ACG became committed to helping them improve their businesses practices, revenue, and negotiating power through WES. In May and June of 2013 WES trainers from ACG traveled to Graiba to train 100 women in leadership, entrepreneurship and home-based business. During the trainings, the women expressed an interest in working as a group to enhance their bargaining potential. ACG worked with them to create an Association for Women of the Clam Fishery and Development.

In this post below, Sana Taktak discusses the challenges faced by these women and ACG’s involvement in addressing their concerns. Dr. Taktak Keskes is a doctor by profession and President of The Association of Continuity of Generations.

La femme pêcheurs de palourdes 

La femme Tunisienne est militante, elle participe activement au développement du pays, elle a bien accomplie son rôle dans la société depuis l’indépendance 1956, et elle continue à batailler pour conserver ses droits acquis et à jouer son rôle comme femme indépendante ,égale à l’homme et capable de donner au mieux à son pays en particulier après la révolution.

La femme rurale Tunisienne travaille dans les champs comme agriculteur, dans la mer comme pêcheur, elle surmonte toutes les difficultés du travail, en plus de son rôle d’épouse et de mère. ACG a eu la chance de vivre une belle expérience avec les femmes rurales pêcheuses des palourdes de la délégation de Graiba à Sfax.

ACG a travaillé sur un projet financé par le SGP FEM concernant La protection de l’environnement et en particulier de la biodiversité dans la région de la réserve naturelle Kneiss, délégation de Graiba ,au cours des séances de sensibilisation données au profil de la communauté locale, sur la protection de la réserve naturelle Kneiss, on a découvert une activité féminine de pêches des palourdes assez importante (environ 300 femmes /5000 femmes en Tunisie).

La femme ceuilleuse de palourde est une femmes brave elle se réveille à 4h du matin tout les jours elle prend un transport commun inconfortable qui lui coute cher (1 d /kilo de palourde pêché ) arrivant à la passerelle de khawala, elle prend un autre moyen de transport, une barque pour aller à l’île Kneiss réserve naturelle riche en biodiversité, flore et faune et surtout en palourde (cout 1à2D). Par ailleurs cette femme est exposée au froid et à la chaleur, les mains et les pieds trempés dans l’eau pendant plus de 12H.

En effet la fin de la journée de pêche se termine à 16H, de retour cette femme trouve les acheteurs intermédiaires qui l’attendent pour acheter les palourdes à raison de 3D le kilo. Après cette opération, les femmes rentrent chez elles en prenant le même moyen de transport. Chez elle au lieu de se reposer après une longue journée, elle essaye de remplir ses obligations de mère, d’épouse et de maitresse de la maison. La pêche des palourdes se fait au cours de 6 mois seulement, le reste de l’année les femmes chôment.

ACG a jugé renforcer la capacité des femmes, les aider à être maitre d’elle-même confronter les difficultés et les exploitations des revendeurs et des transporteurs. Grace au projet WES, ACG training center a organisée des séances de formation au profil de 100 femmes.

La première séance était une formation de leadership avec écoute généreux au début de la formation, une identification de leurs vision nous a permis d’avancer et D’établir un programme adapté à leurs attentes pour mieux mener leurs entreprise La réorganiser et donc améliorer leurs revenus.

En effet 100 femmes ont bénéficié d’une formation en leadership, entreprise à domicile et entreprenariat, certaines femmes qui ont un niveau d’instruction satisfaisant vont avoir une formation en réseaux sociaux. Ces séances ont été faites dans une école de la région et parfois dans une des maisons de la région. Par ailleurs, on a jugé que ces femmes doivent être unies pour qu’elles arrivent à changer les choses donc on les a aidés par la création d’une association féminine de la pêche des palourdes et de développement. C’est dans ce cadre que nous allons continuer à travailler avec ces femmes jusqu’à ce qu’on arrive à réaliser leurs rêve ,vendre à un prix raisonnable ,couvrir leurs frais et faire des gains et des économies.

Ce projet nous à inciter à réfléchir à d’autre région et de travailler avec d’autres femmes qui ont le même besoin de formation et d’aide pour mieux gérer leurs entreprises. Notre 2éme expérience à Tlalet, Tataouine pour les femmes rurales qui créent des sacs artisanaux à partir de plantes naturelles, nous a prouvé le besoin réel des femmes pour une assistance rigoureuse qui va leurs permettre d’améliorer leurs conditions sociales et professionnelles.

 

About these ads

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s